La fiction

ORIGINE DU ROMAN

 

L'Évangile Selon Aaron

Il m’arrive de me perdre dans les labyrinthes de la pensée, imaginer des situations et me demander où ils pourraient me conduire. Depuis que je suis jeune, j’ai l’habitude d’examiner les esprits, d’observer les réactions et chercher à m’identifier aux conditions des autres en essayant d’en comprendre les comportements et de considerer les alternatives possibles.

Mon deuxième roman s’est construit sur ces fondations.

J’étais encore en train de travailler à mon premier livre, et un jour j’ai pensé à une situation extrême. Du coup, j’ai pensé à ceux qui ont foi et ceux qui ne l’ont pas. Je me suis demandé comment on peut surmonter une grosse tragédie sans aucune croyance. J’ai décidé, par conséquent, d’explorer ce terrain difficile par mes personnages, qui viennent d’un monde où la foi et la religion ne sont plus pris en considération depuis longtemps.

J’ai réfléchi sur la signification de l’Evangile, sur ce qu’il pourrait représenter sans son aura divine et comment il pourrait se manifester dans un autre contexte. Certes, tous ces raisonnements m’ont conduit à pondérer, à nouveau, comme il m’arrive souvent, ma foi et mon point de vue sur les écritures.

A un certain moment, j’ai dû me concentrer plus sur la spiritualité que la foi, un domaine où je me sens bien plus à l’aise.

Il a été un roman très troublé, non pas pour l’intrigue, mais pour les implications plus profondes. Il a été une sorte de dialogue avec moi-même, où j’ai interprété aussi bien les croyantes que les non-croyants. parce que - en effet - ceci est ma relation avec la foi et je ne l’ai pas résolue grâce à ce voyage. Disons que j’ai trouvé un bon compromis, justement, dans la spiritualité. Je me suis demandé de nombreuses fois s’il fallait continuer à écrire, s’il était juste, puisque je n’avais pas des réponses à donner.

Enfin, j’ai estimé que c’était juste, car ceci est la condition de beaucoup d’autres personnes, qui se retrouvent face à ce conflit intérieur. Ainsi, ce livre est devenu un hymne à la vie et à l’espoir. J’espère que les lecteurs pourront comprendre, outre le déroulement de l’intrigue, cet aspect plus profond et épineux.

 

 

Blustardusk.

Le livre a été écrit en deux fois. Je l’avais commencé dans les années 2000, lorsque pour la première fois je me suis penchée vers la prose. L’intention de départ était celle de créer une trilogie d’histoires d’amour fantastiques, ce qui m’aurait un peu permis de me roder. La rédaction de Blustardusk subit une interruption de quelques années, en partie due à mon mécontentement envers le résultat de ma prose mais également à mon investissement dans d’autres projets, pour la plupart musicaux. Puis, en 2013, sortit Masterpiece, un programme télévisé italien dédié aux auteurs, qui raviva mon enthousiasme et me fit dépoussiérer le texte. Et c’est là que le prodige eût lieu. J’étais dans l’idée de terminer rapidement l’histoire afin de rentrer dans les paramètres indiqués par l’émission, puis de tenter le tout pour le tout, plus par curiosité qu’autre chose. Mais lorsque je repris la plûme je ne pus plus m’arrêter, soudain ce nouveau monde de l’écriture en prose s’était ouvert à moi et, durant tout l’été, je m’immergais dans de nouveaux mondes, rencontrais des créatures et vivais des aventures jamais envisagées, comme si la merveilleuse végétation, les petits animaux et les insectes de la pinède où j’ai écrit la plupart du roman, m’avaient raconté une histoire que je ne faisais que rapporter, sans jamais vouloir m’arrêter.

C'est quoi Blustardusk?

 

Blustardusk est le nom du vaisseau anosien dans lequel commence toute l’histoire. Ce nom résulte de la fusion de trois mots, deux en anglais et un en italien, ce qui donne approximativement “crépuscule bleu étoilé” . Étant Italo-Britannique, j’ai voulu utiliser les deux langues et ai ainsi créé un mot qui n’existe dans aucune, car au fond c’est d’un vaisseau alien qu’il s’agit. J’aime ce moment de la journée où la lumière s’estompe dans le bleu intense de la nuit, surtout quand le ciel est limpide et que les étoiles brillent comme des pointes d’épingles dorées dans l’immensité de l’univers. Voici d’où est née l’idée.

Lis des extraits

 

L'Évangile Selon Aaron

Prologue

Du Chapitre XV

Du Journal D'Aaron

Blustardusk

Chapitre I

Du Chapitre XII

Du Chapitre XXII